Stress et médecine occidentale 


Le stress est le fléau de notre époque et se manifeste à tous les niveaux :
Travail, famille, vie amoureuse, études, déplacements et vie urbaine, sous forme de tensions permanentes, latentes ou de coups de pression ponctuels souvent répétés. 

L’état de stress n’est pas une maladie. Cependant, sa répétition, sa fréquence et son intensité altèrent directement le bien-être physique et psychologique.
Il est aujourd’hui scientifiquement avéré que le stress non solutionné est vecteur de diverses maladies.

Les conséquences du stress

La demande est grande chez les personnes stressées. Elles disent avoir perdu leur bien-être, perdu toute motivation, avoir une qualité de vie réduite ou médiocre, sentir un déséquilibre entre les efforts qu'elles fournissent et les récompenses en retour. 
Elles disent avoir du mal à se concentrer, avoir du mal à prendre des décisions, se sentir perdu par moment, ne plus savoir quoi faire. 

Déprime, dépression, burnout... Hélas, ces mots/maux sont devenus familiers. 
Les tensions émotionnelles sont parfois difficilement gérables (tristesse régulière, crises de larmes, mal de vivre, nervosité accrue, humeur changeante). 

Ces dysfonctionnements ont des répercutions sur le corps :  

  • troubles du sommeil, insomnie, fatigue chronique, perte d'appétit, boulimie, etc.  
  • troubles psychosomatiques (cause non médicale) : problèmes de digestion, douleurs musculaires, maux de tête, d’estomac, etc.  


Et finalement, le stress déclenche des maladies : 

  • problèmes de santé mentale (comme la dépression), 
  • maladies cardiovasculaires (infarctus et accidents vasculaires cérébraux), 
  • affaiblissement des fonctions immunitaires et apparition de maladies auto-immunes.



Que faire ? 


Quand on repère un danger, le système des surrénales s'active. Le message est simple et basique : se battre ou fuir. 
 
Il y a des centaines d'années, ce message était approprié car les situations de dangers étaient littéralement liées à une situation de vie ou de mort (attaque d'un animal sauvage par exemple). Mais de nos jours il ne l'est plus ou très rarement. 

L'animal sauvage qui nous pourchassait il y a des siècles auparavant, causant la réaction "se battre ou fuir", est remplacé par notre compagnon, notre patron, les factures ! Mais notre système réagit comme si c’était une situation de vie ou de mort. Face au stress, nous produisons du cortisol, notre corps libère de l’adrénaline, de la noradrénaline, ce qui, en plus de créer des dysfonctionnements physiques, empêche le système immunitaire de fonctionner correctement. 

Alors que faire ? 

L’idée est de se libérer de cet état de stress, calmer le corps et l'esprit pour revenir à un fonctionnement sain. 
Pour vous aider, différentes pratiques physiques sont possibles : faire de la zumba, nager, marcher,... D’autres personnes vont faire une psychothérapie. D'autres encore vont brûler toutes les lettres de leur ex ! 

Peu importe la méthode tant que cela vous fait du bien et vous permet de sortir de cet état dysfonctionnel. 

La méthode qui a complètement changé la vie de millions de personnes c’est la méditation. 
La méditation existe depuis des milliers d’années. L’esprit bavasse sans cesse et nous dit souvent des choses effrayantes qui nous limitent. 
Les recherches sur la méditation ont prouvé qu'une pratique régulière détruisait la réaction de lutte ou de fuite. Elle stimule la parasympathique, une relaxation du système nerveux. C’est ce qui permet de guérir du stress. Pour faire vraiment simple : la méditation soigne le stress. 

Notre glande pituitaire fait des choses incroyables pendant que nous méditons. Le corps libère ocytocine, dopamine, sérotonine, endorphine. Il y a véritablement un processus interne que nous pouvons enclencher comme un interrupteur. Nous pouvons enclencher ses élixirs de vie si nous prenons le temps de le faire. Ce n’est pas forcément la méditation, ce peut être une simple promenade dans la nature. Votre esprit doit se calmer, vous devez ralentir votre respiration et vous ressentirez cette paix inébranlable vous envahir. 

Plusieurs études scientifiques ont prouvé les effets bénéfiques de la méditation au quotidien sur le système immunitaire. Aucun débat sur le sujet, foncez ! 




Médecine occidentale et médecines traditionnelles.  


Voilà maintenant trois siècles que notre pensée en médecine occidentale se base sur les travaux de Descartes, de Newton, de Darwin, considérant le corps comme un dispositif physique et mécanique. S’il y a le moindre ennui, c'est la conséquence d'un problème avec le mécanisme du dispositif physique. Tout est mécanique.  

Bien sûr, en cas d'urgence et de maladie grave, une blessure ou une infection, il faut vite s'en occuper et la médecine moderne est inégalable dans ce domaine ; nous avons la chance de vivre à une époque où les technologies de santé sont très avancées. 

Cependant, avec les maladies chroniques qui se sont développées avec le temps, les actions "rapides" ne marchent pas. C’est là où nous nous heurtons aux limites de la médecine occidentale. Il faut aller à la racine du problème si nous voulons obtenir un changement, une guérison. 

Depuis quelques années, les médecines alternatives et complémentaires attirent l’attention de nombreux lecteurs et spécialistes des domaines de la santé. Ces dimensions thérapeutiques qui semblent nouvelles en occident trouvent bien souvent leurs origines dans les médecines traditionnelles venues d’orient. 
Qu’il s’agisse de médecines ayurvédiques, chinoises, de thérapies énergétiques, ou encore d’approches basées sur la méditation ou le toucher thérapeutique, les patients en quête de remèdes et de mieux être se sentent attirés par ces approches, sans pour autant délaisser la médecine classique. 

Aux États-Unis, de nombreuses études scientifiques mettent en lumière le bien-fondé de ces disciplines, en soulignant à la fois leurs limites et leur complémentarité avec la médecine classique. La médecine moderne s’oriente de plus en plus dans ces directions de manière préventive et complémentaire. Ainsi, nous observons depuis quelques années l'apparition dans certains hôpitaux d'acupuncteurs, d'hypnotiseurs, de sophrologues et de maîtres en méditation. D'autres disciplines sont encore à l'étude et prennent doucement place dans certains services. 


A propos des pratiques énergétiques 


Dans ce contexte innovant, on retrouve notamment le terme de médecine énergétique. Le terme, dérivé du mot « énergie », traite de l'énergie électromagnétique issue du corps humain. Ce concept renvoie à l’idée qu’il est possible pour un individu de faire circuler intentionnellement en lui et de transmettre à un autre une « énergie » ayant le pouvoir de guérir ou d’apaiser. 

Sur les mêmes bases : l'acupuncture, le Qi Gong et le Tai-Chi, le Reiki, la pharmacopée chinoise, le Shiatsu, etc.
Selon la médecine orientale et la médecine des énergies, en tant qu'êtres humains, nous avons appris à nous accrocher à nos émotions. Et ce faisant, notre corps devient plus dense, accumulant des tas d’émotions, le positif comme le négatif. 

Petit à petit apparaissent des dysfonctionnements, des choses que la médecine occidentale appelle cancer, fibromyalgie, migraine, maux de tête, dépression, anxiété. On essaye de comprendre d’où elles proviennent, à quoi elles sont dues, comment les éviter. 
On va un peu dans tous les sens car on ne connait pas la cause réelle de ces pathologies. On dira que c’est l’alimentation, ou que c'est héréditaire, ou que cela est dû à un environnement insalubre (composants chimiques volatiles, etc.). 

Finalement le facteur « stress » sera de nouveau évoqué. 

Entendre quelqu'un dire "moi, je ne tombe jamais malade" nous paraît étrange. 
Nous pensons souvent " mais c'est impossible, il tombe forcément malade lui aussi ! " ou "il a de la chance, il a une bonne constitution ".

Bien souvent le monde qui nous entoure nous fait penser que notre corps est faible, fragile et qu'il est normal de tomber malade, que la science est notre seul et unique salut. 
Mais alors, comment nous soignions-nous avant toutes ces pratiques actuelles ? 
La science a toujours existé mais était davantage basée sur la nature. La nature végétale et minéral, la nature humaine. 
Nous avons oublié à quel point notre corps est intelligent. 


L'importance d'être dans un état d'esprit positif 


Ce n'est pas le fait que la maladie commence dans l'esprit. C'est que tout commence dans l'esprit. Le corps a un pouvoir de guérison dont on ne parle jamais en médecine occidentale. 

Des pensées positives et tonifiantes produisent des éléments positifs et tonifiant des pensées toxiques produisent des éléments toxiques. 

Quel est ce lien entre le corps et l'esprit sur la matière ? Si l'esprit est capable de rendre malade le corps, par la somatisation par exemple, n’est-il pas capable de le guérir dans l'autre sens ? 

Depuis quelques années maintenant, la science moderne montre que chaque organe du corps humain a le pouvoir de s'auto-guérir dans le bon environnement. Même les organes pour lesquelles on disait que c'était impossible comme la moelle épinière.  

Nos organes sont capables de se guérir dans le bon environnement. Dans les bonnes conditions. 
Quelles conditions ? 
Parfois c'est environnemental, des choses comme l'eau, l’air, la qualité de notre nourriture.
Parfois c’est chimique, comme les suppléments que nous prenons. Des plantes médicinales que nos ancêtres connaissaient et utilisaient avec succès pour guérir leur corps avant l'apparition de la médecine moderne. 

Les maux que nous subissons aujourd'hui peuvent être dues au passé ou au présent, ou à une combinaison des deux. 
En lien avec le passé : traumatismes refoulés, douleurs et blessures non exprimées. Nous observons alors qu'une personne qui fait tout pour aller bien (alimentation saine, sport, yoga, etc.) tombe malade malgré tout ces efforts. 
 
À l'inverse, certaines personnes vivent, subissent des maux dans le présent qui n'ont pas vraiment de lien avec le passé. Ces maux relèvent directement de leur vécu actuel. Une mauvaise alimentation, une mauvaise hygiène de vie, une composition sensible au stress environnant, au stress intérieur. Des conditions de vie fatigante, oppressante.  

Il est nécessaire de se poser et d'échanger afin de comprendre ce qui nous amène à cette consultation, l'origine des maux que nous subissons. Mettre des mots sur les maux.